Israël porte un « coup presque fatal » à la paix, selon l’ONU

Ban Ki-moon a durci le ton, dimanche, contre le projet israélien d’étendre la colonisation et de bloquer le versement de taxes dues à la Palestine, en représailles à son adhésion à l’ONU.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


L’ONU exprime sa « grande inquiétude » et une « profonde déception » , ce dimanche, après l’annonce par Israël d’un nouveau projet colonisation en territoire palestinien. Au lendemain du vote historique des Nations-unies, jeudi 29 novembre, qui accordait à la Palestine le statut d’État observateur non membre de l’ONU, Israël a en effet violemment contre-attaqué en donnant son accord à la construction de 3000 logements en Cisjordanie et notamment à Jérusalem-Est (à lire Palestine, le coup d’après).

Dimanche, le ministre des Finances israélien, Youval Steinitz, a même annoncé qu'il bloquait le transfert des taxes collectées par Israël au profit de l'Autorité palestinienne. 460 millions de shekels (environ 92 millions d'euros) qui devaient être transférés ce mois-ci seraient bloqués en guise de représailles.

Dimanche, l’ONU a rejoint les nombreuses critiques que ces annonces ont soulevées sur la scène internationale :

« Les colonisations sont illégales au regard du droit international et si (ce projet) venait à se concrétiser, cela porterait un coup presque fatal aux dernières chances de garantir une solution à deux États », a regretté Ban Ki-moon, secrétaire général de l'ONU, dans un communiqué lu dimanche par son porte-parole.

Le projet de colonie annoncé vendredi concerne une zone désertique hautement sensible, dite « E-1 », en bordure de Jérusalem. Il a toujours été combattu par les États-Unis, qui ont jugé vendredi, par l’intermédiaire d’Hillary Clinton, que ce projet ferait « reculer la cause d’une paix négociée » .

Londres se dit « extrêmement préoccupé » par ces annonces, tandis que Laurent Fabius, ministre français des Affaires étrangères, s’oppose au projet de colonisation, qui selon lui « constituerait un obstacle sérieux à la solution de deux États » .


Photo : AFP / JACK GUEZ

Haut de page

Voir aussi

Articles récents