Le Medef récidive

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Le patronat a transmis aux syndicats un projet d’accord lors d’une nouvelle séance de négociation sur la « sécurisation du marché du travail », qui s’est tenu le 29 novembre. Cette dernière mouture proposée par le Medef a intégré le mot tabou de « flexibilité », que Laurence Parisot, présidente de l’organisation patronale, somme les syndicats d’accepter. Et le reste n’a pas changé par rapport au précédent projet, présenté le 15 novembre, pourtant jugé « déséquilibré » par les syndicats. Le texte prévoit notamment de faciliter le « CDI intermittent » pour les petites entreprises et de créer un « contrat de projet à durée indéterminée ». En matière de « flexibilité, ils y vont fort », a réagit la CGT. On est très loin du « compromis historique » voulu par François Hollande, qui devait aboutir à une meilleure protection des salariés dans les entreprises.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents