Le Medef récidive

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Le patronat a transmis aux syndicats un projet d’accord lors d’une nouvelle séance de négociation sur la « sécurisation du marché du travail », qui s’est tenu le 29 novembre. Cette dernière mouture proposée par le Medef a intégré le mot tabou de « flexibilité », que Laurence Parisot, présidente de l’organisation patronale, somme les syndicats d’accepter. Et le reste n’a pas changé par rapport au précédent projet, présenté le 15 novembre, pourtant jugé « déséquilibré » par les syndicats. Le texte prévoit notamment de faciliter le « CDI intermittent » pour les petites entreprises et de créer un « contrat de projet à durée indéterminée ». En matière de « flexibilité, ils y vont fort », a réagit la CGT. On est très loin du « compromis historique » voulu par François Hollande, qui devait aboutir à une meilleure protection des salariés dans les entreprises.


Haut de page

Voir aussi

Grève du 13 janvier dans l’Éducation nationale : dans le cortège, le malaise est partout

Sur le vif accès libre
par et ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.