« Le Voyage de monsieur Crulic », d'Anca Damian : Au bout de l’injustice

La cinéaste roumaine Anca Damian relate un drame judiciaire en film d’animation. Libre et beau.

Réaliser un documentaire avec les moyens du cinéma d’animation est sans doute l’une des voies de renouvellement du genre les plus fécondes. Au départ, il s’agit de pallier des images infaisables, de révéler de l’invisible. Ainsi Valse avec Bachir (2008), à propos des massacres de Sabra et Chatila. Le film d’Ari Folman constituait jusqu’ici la référence. Le Voyage de monsieur Crulic soutient amplement la comparaison. Du point de vue plastique, le film de la cinéaste roumaine Anca Damian va même plus loin.…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents