Politique culturelle : Le Paris-Villette, c’est fini

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


La manifestation du samedi 15 décembre au théâtre Paris-Villette n’a rien changé au sort du théâtre, dont la Mairie de Paris a décidé la fermeture. La liquidation de la société gérante a eu lieu et, malgré les souhaits des responsables et la mobilisation des syndicats professionnels, même l’espoir d’aller jusqu’au bout de la programmation de la saison a été battu en brèche. La mairie a seulement promis d’aider financièrement le directeur, Patrick Gufflet, qui, en tant que gérant, n’a pas le droit à des indemnités. Le Paris-Villette a donc cessé d’exister. « Cette fermeture a été d’une très grande violence, dit Gufflet. C’est la première fois qu’on ne laisse pas un théâtre finir sa saison. De quoi donner des idées à tous les maires qui seraient en désaccord avec leurs équipes artistiques. » Gufflet va très prochainement quitter les lieux après avoir organisé les archives. Quant à la Mairie de Paris, elle ne révèle toujours rien du projet qu’elle entend mettre en œuvre dans les murs de feu le Paris-Villette.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents