Sénégal : Pour que le grain revive

Subissant les aléas climatiques et les errements des politiques agricoles, de nombreux agriculteurs ont été dépossédés de la maîtrise de leurs semences. Ils se battent pour la regagner.

Il y a quelques années, des chercheurs de l’Institut sénégalais de recherches agronomiques (Isra) se sont rendus chez Mamadou Camara, à Katob, près de Koussanar, dans l’est du pays. Ils avaient eu connaissance que ce paysan détenait d’intéressantes variétés traditionnelles dont ils n’avaient jamais entendu parler. Un certain maïs rouge, notamment. « Il donne en 70 jours seulement, précisément. Depuis le temps que je l’utilise, je le connais par cœur, commente Mamadou Camara, qui fait profiter ses voisins…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents