Alberto Giacometti

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


C’est là une exposition constituée principalement de collections privées. Avec, en préambule, des photographies de Man Ray (1932), de Nathalie Sorokine (1949), avec Annette, à la terrasse d’un café, ou de Doisneau, saisissant de plongée l’artiste dans son atelier. Des images suivies d’une cinquantaine de dessins au crayon. Des têtes anonymes, des esquisses d’Annette, plusieurs natures mortes (palmiers et pommes), une crucifixion filiforme qui ne manque pas de dramaturgie, des paysages au trait tendu et nerveux, des portraits de Char et Tériade, des personnages que Giacometti saisit de face ; à l’exception de sa mère, représentée de dos (1957), puis croquée de presque profil (1959).


Giacometti , Galerie Claude-Bernard, 7, rue des Beaux-Arts, Paris VIe, jusqu’au 16 février.

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.