Catherine Lebrun, secrétaire nationale de Solidaires : « On codifie la régression sociale »

L’accord sur la « sécurisation » de l’emploi est gagnant pour le patronat et perdant pour les salariés.

L’accord national interprofessionnel « au service de la compétitivité des entreprises et de la sécurisation de l’emploi », conclu le 11 janvier entre le patronat et trois syndicats (CFDT, CFE-CGC et CFTC), a satisfait le gouvernement. Pourtant, son contenu est considéré comme une régression sociale historique et suscite l’opposition de plusieurs syndicats. La CGT, FO, FSU et Solidaires auront cependant peu de temps pour préparer une riposte et interpeller les parlementaires. En effet, le gouvernement a…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents