Diane 35, le nouveau scandale

Politis  • 31 janvier 2013
Partager :

Officiellement un anti-acnéique mais prescrit également comme contraceptif depuis 1987, soit hors autorisation de mise sur le marché, Diane 35 a entraîné la mort de quatre personnes depuis vingt-cinq ans, a révélé le 27 janvier l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), en prise avec un nouveau scandale sanitaire. Cette révélation sur les effets de Diane 35 vient en effet s’ajouter à celles, récentes, concernant les pilules dites de troisième génération, impliquées dans plusieurs décès. Le nombre d’accidents liés à ce médicament est encore sous-évalué. Selon Me Courtois, dont le cabinet défend les victimes des contraceptifs oraux. Pas moins de 400 personnes pourraient avoir succombé aux effets de Diane 35 ou de ses génériques : Cypropharm, Evepar, Lumalia, Holgyeme, Minerva 35…

Société Santé
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don