L’enseignement catholique et le débat piégé

Le « caractère propre » des établissements privés sous contrat ne fait l’objet d’aucune définition précise et met à mal l’impératif de neutralité.

«Notre mission n’est ni d’exclure ni d’endoctriner », rappelle Éric de Labarre, secrétaire général de l’enseignement catholique. Ni homophobie ni obscurantisme non plus, assure-t-il, dans les établissements catholiques, qui représentent 90 % de l’enseignement privé sous contrat. Et de récuser l’accusation de « faute » ou même de « maladresse » prononcée par le ministre de l’Éducation, Vincent Peillon, en réponse à sa volonté d’inviter les 8 500 établissements catholiques à prendre part au débat sur le…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

En Artsakh, sous les bombes

Monde accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.