« Lincoln », de Spielberg : Esclave du consensus

Lincoln , un Spielberg aussi trépidant qu’une virée au musée Grévin.

Christophe Kantcheff  • 31 janvier 2013 abonné·es

C’est une scène, la nuit, où Lincoln ne parvient pas à se défaire d’une insomnie. Il sort de ses appartements, dans la Maison Blanche, et entre

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Cinéma
Temps de lecture : 1 minute