Dossier : Chinois de France : Au-delà des préjugés

Chinois de France, au-delà des préjugés

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Le 10 février marque le début de l’ère du Serpent, selon le calendrier chinois. À la veille de cette nouvelle année, les supermarchés installent leurs présentoirs asiatiques et les collectivités sino-françaises préparent les festivités. Un événement culturel qui peut donner l’illusion d’une communauté homogène et soudée.

Cette impression fait que de nombreuses personnes, en France, voient la présence de ces « Chinois » d’un mauvais œil. De la multiplication des grossistes asiatiques dans la capitale aux histoires réelles ou rêvées d’ateliers clandestins et de trafics des triades, l’immigration chinoise inquiète.
Le « péril jaune » ne date certes pas d’hier mais, à l’heure où la Chine, sa puissance et son économie, s’imposent toujours davantage sur la scène internationale, ces migrants et leurs descendants font aujourd’hui l’objet d’une méfiance redoublée.

De la Chine à Paris, où près de 90 % des Chinois de France sont installés, les parcours sont multiples, et l’intégration dans la société française d’aujourd’hui apparaît plus ou moins difficile. Entre mythes et réalités, portrait d’une « communauté » pas si soudée.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents