Feu sur l’Agence de la biodiversité

Les chasseurs se mobilisent contre le regroupement de plusieurs organismes de protection de la nature.

Claude-Marie Vadrot  • 28 février 2013 abonné·es

Étrangement, de plus en plus d’organismes concernés par la future Agence de la biodiversité trouvent l’idée « excellente »… sans pour autant souhaiter en faire partie. Pourtant, beaucoup d’entre eux assurent des missions de protection complémentaires, mais chacun veut conserver son pré carré, voire manger les autres. Une même levée de boucliers, orchestrée par les chasseurs, avait déjà fait échouer ce projet décidé en 2007 à l’issue du Grenelle de l’environnement. Depuis des semaines, les chasseurs sont de nouveau à la manœuvre pour que l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), qu’ils contrôlent depuis des années, n’intègre pas ce regroupement pour la gestion des espèces et des espaces naturels. Ils se succèdent auprès des parlementaires et des ministres pour conserver leur indépendance. Tout comme des responsables de l’Office national de l’eau et des milieux aquatiques (Onema). Pressions efficaces : à l’UMP, on parle de cette agence comme d’un « luxe inutile ». Au PS, on évoque un gadget pour amuser les écologistes.

Selon le directeur de la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO), Michel Métais, comme pour Pierre Athanaze, président de l’Association pour la protection des animaux sauvages (Aspas), l’absence de l’ONCFS et de l’Onema viderait le projet de toute substance. Michel Métais considère qu’ «   il faut mettre fin à la balkanisation des organismes de protection de la nature, et que l’État doit cesser de financer ceux dont il ne reçoit rien en retour parce qu’ils conservent jalousement leurs travaux. » Pour Pierre Athanaze, se passer de ces deux organismes serait «   se priver de la police de la nature que représentent les gardes-chasse et les gardes-pêche. L’Agence ne pourrait pas faire respecter ses décisions ». Ils estiment, avec d’autres responsables associatifs, qu’il faut faire vite pour éviter que les Régions ne créent leurs propres agences, dont il n’est pas certain qu’elles ne privilégieraient pas le tourisme face à la protection de la nature. À l’image de ce qui se passe dans des parcs naturels régionaux, qui pourraient être intégrés contre leur gré à la nouvelle agence. Illustration des pressions et des batailles de coulisses : le projet, qui devait être soumis au conseil des ministres au mois de mars, a déjà été repoussé au mois de juin, pour une discussion parlementaire fin 2013. Prévue pour ce printemps, l’Agence de la biodiversité vient d’entrer en hibernation…

Écologie
Temps de lecture : 2 minutes

Pour aller plus loin…

Le lycée agricole de Melle, pépinière du mouvement antibassines
Reportage 15 juillet 2024 abonné·es

Le lycée agricole de Melle, pépinière du mouvement antibassines

L’établissement des Deux-Sèvres voit mûrir au sein de son BTS gestion et protection de la nature une nouvelle génération d’activistes contre l’accaparement de l’eau. Ses élèves aux parcours sinueux trouvent dans ce terroir et son activité militante le déclic d’un engagement durable.
Par Sylvain Lapoix
L’écologie unie face à l’extrême droite
Écologie 25 juin 2024

L’écologie unie face à l’extrême droite

À l’initiative de Reporterre, de nombreuses ONG, penseurs écologistes et militants se sont réunis le lundi 24 juin à Paris. L’objectif : dénoncer l’imposture écologique de l’extrême droite et les dangers de son accession au pouvoir sur l’environnement.
Par Tristan Dereuddre
« Le RN n’a rien compris aux leviers de la lutte contre le dérèglement climatique »
Entretien 17 juin 2024

« Le RN n’a rien compris aux leviers de la lutte contre le dérèglement climatique »

Jean-François Julliard, directeur général de Greenpeace France revient sur la menace que représente l’extrême droite climatosceptique pour la transition écologique et sociale, et sur le rôle décisif de la société civile auprès du Nouveau Front populaire.  
Par Vanina Delmas
Désenclavement : le mythe qui ne tient pas la route
Analyse 12 juin 2024 abonné·es

Désenclavement : le mythe qui ne tient pas la route

Pour les défenseurs de l’autoroute A69, c’est la survie économique du territoire autour de Castres qui est en jeu. Mais quelles réalités néolibérales cet argument sans cesse brandi cache-t-il ?
Par Vanina Delmas