Les cols blancs tentés par l’exil

Le départ massif des diplômés dotés de bons salaires est une défaite pour le modèle de croissance vanté par le régime. Par Benjamin Gauducheau, correspondant à Beijing

Benjamin Gauducheau  • 7 février 2013 abonné·es

Apriori, rien ne prédestinait Zhang Yibo à quitter la Chine. Diplômé de l’université de Pékin – la meilleure du pays –, il était encore, il y a six mois, cadre dans la branche chinoise d’une grande compagnie pétrolière internationale, avec un très confortable salaire mensuel d’environ 100 000 yuans (soit 12 000 euros), « sans compter les primes   ». Aujourd’hui, le trentenaire

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 4 minutes