Dossier : Chinois de France : Au-delà des préjugés

Les cols blancs tentés par l’exil

Le départ massif des diplômés dotés de bons salaires est une défaite pour le modèle de croissance vanté par le régime. Par Benjamin Gauducheau, correspondant à Beijing

Apriori, rien ne prédestinait Zhang Yibo à quitter la Chine. Diplômé de l’université de Pékin – la meilleure du pays –, il était encore, il y a six mois, cadre dans la branche chinoise d’une grande compagnie pétrolière internationale, avec un très confortable salaire mensuel d’environ 100 000 yuans (soit 12 000 euros), « sans compter les primes ». Aujourd’hui, le trentenaire vit avec sa femme à Calgary (au Canada). « Beaucoup de mes collègues étaient partis avant moi, et j’en connais au moins trois qui…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Corps volants et coudes serrés

Culture accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents