Un pied ici et un pied là-bas

Le nouvel an chinois, entre tradition et revendication, est aussi un facteur d’intégration.

Jean-Claude Renard  • 7 février 2013 abonné·es

Ce 10 février, quelques quartiers parisiens et d’autres villes de France vont se parer de couleurs et de fragrances. La cérémonie du nouvel an est un moment festif que préparent et savourent chaque année les communautés chinoises. Le cru 2013 est celui du Serpent, maître séducteur du zodiaque chinois, sensé, avisé, intuitif et indépendant. Un nouvel an en fonction du calendrier lunaire, suivant précisément la deuxième lune après le solstice d’hiver. Il s’inscrit dans une tradition paysanne, dans le nord de la Chine, en une période où l’on ne travaille pas dans les champs, où la fête est alors possible. C’est aussi la fête du printemps célébrant le retour de jours plus fastes autorisant une meilleure nourriture. Un passage habillé de

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 4 minutes