Dossier : Contre la malbouffe : Manger local

Viande, fruits, légumes… Leur menu préféré, c’est la proximité !

Il y a ceux qui cultivent leur lopin, ceux qui achètent local, ceux qui privilégient le lien entre vendeur et acheteur… Témoignages.

« Les vaches, on les voit manger, on sait ce qu’on mange. » Quand ils vivaient en région parisienne, Colette et Pierre consommaient beaucoup de surgelés. « Mais pas de plats cuisinés ! J’ai toujours préparé moi-même, souligne Colette. On allait aussi au marché le dimanche. Mais on regardait moins la provenance. » C’était avant la vache folle et les lasagnes au cheval. Depuis qu’ils ont pris leur retraite à Penestin, en Bretagne, ils consomment « local » au maximum. Grâce au potager, ils ont des poireaux…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents