Explosion de cancers à prévoir ?

Deux ans après la catastrophe nucléaire, l’OMS sort un premier rapport évaluant les risques sanitaires encourus par les personnes exposées aux radiations à proximité de la centrale dévastée.

Patrick Piro  • 7 mars 2013 abonné·es

Une augmentation de 4 à 7 % des risques de cancers estimés par rapport à la « normale » pour les personnes exposées au stade nourrisson… et jusqu’à 70 % chez les filles pour les cancers de la thyroïde, glande très sensible aux rayonnements chez les enfants. Voici le principal enseignement de la première prospective officielle, issue de l’Organisation mondiale de la santé ^2, sur l’impact sanitaire de l’irradiation des personnes qui vivaient à proximité de la centrale de Fukushima.

À Fukushima, on croise les doigts pour qu’aucun séisme sérieux ne frappe à nouveau dans les deux ans à venir : c’est le délai prévu pour l’évacuation des 1 331 barres de combustible de la piscine de stockage du réacteur n° 4, à l’aide d’une structure (en cours de construction) surplombant la piscine. « Un calendrier crédible », selon Thierry Charles, directeur de la sûreté des usines à l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), qui assiste les équipes japonaises. Le bâtiment, très endommagé, a été renforcé tant bien que mal. Mais tiendraitil, s’angoissent les experts ? Un effondrement provoquerait une contamination radioactive cataclysmique. Le démantèlement total de la centrale pourrait prendre quarante ans. L’état exact des trois coeurs qui ont fondu ne devrait pas être connu avant une décennie. D’ici là, il faudra les refroidir en permanence par un circuit extérieur bricolé après la catastrophe et qui semble satisfaisant. Une incertitude perdure : quelle est l’importance des infiltrations radioactives dans le sol ? Une dizaine de forages pompent la nappe près de la centrale, dans l’espoir de limiter le lessivage vers la mer des boues contaminées qui stagnent dans les parties basses de la centrale.
Après la catastrophe du 11 mars 2011, des nuages de particules radioactives ont contaminé un territoire grand comme le Luxembourg, et à des niveaux parfois proches de ceux que l’on mesure dans la zone interdite de Tchernobyl. Dans les zones moins touchées, le surcroît de risque serait deux fois moindre. Et pour les populations extérieures (touchées par les vents et consommatrices accidentelles d’aliments radioactifs), il n’y aurait pas, selon l’OMS, d’augmentation de prévalence des cancers à attendre. Deux ans après l’accident majeur, ce rapport ne laisse pas indifférent. Les autorités japonaises, qui minimisent les conséquences sanitaires depuis deux ans, contestent la méthode d’évaluation et ses conclusions. Elles ont toujours argué que les évacuations (160 000 personnes) ont permis de maintenir les niveaux d’exposition à des seuils qui ne permettraient pas de déceler des augmentations significatives de pathologies. Les publications de l’OMS en matière de risques pour la santé liés au nucléaire sont pourtant notoirement conservatrices [^3] – elles sont soumises à l’aval de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), rappelle l’association Greenpeace ! L’agence onusienne tempère d’ailleurs l’interprétation du très fort taux d’accroissement des cancers de la thyroïde attendus chez les jeunes femmes : le risque normal est de 0,75 %, il passerait à 1,25 %. Greenpeace, citant l’experte allemande Oda Becker, juge à l’opposé des autorités japonaises. L’association déclare que le rapport sous-estime « honteusement » l’impact des premiers jours d’exposition dans la zone d’exclusion de vingt kilomètres autour de la centrale, un périmètre que certaines personnes n’ont pas pu quitter assez vite. Le désaccord réside dans la manière de considérer l’impact d’une exposition à de faibles doses et à longue durée (consommation d’aliments contaminés, réinstallation dans des zones peu touchées, etc.). La doctrine sanitaire officielle la considère comme négligeable.

Les polémiques, qui ont démarré dès le lendemain de la catastrophe, perdureront des années. Les autorités se montrent incapables d’assurer un suivi rigoureux à long terme des dizaines de milliers de personnes concernées, et n’ont jamais démontré la volonté de le faire. L’OMS insiste pourtant sur la nécessité d’assurer une surveillance sanitaire « pendant des décennies », mais aussi de contrôler « en continu » l’eau et les aliments. Quand aux impacts sur la santé mentale et l’équilibre psychologique, « ils seront certainement très élevés », reconnaissait Maria Neira, directrice santé publique et environnement de l’agence, lors de la présentation du rapport à Genève le 28   février. Curieusement, ces dommages sanitaires majeurs n’ont été qu’évoqués. Une évaluation quantitative en règle aurait peut-être été trop explosive…

[^2]: www.who.int/fr 

[^3]: Son bilan officiel de la catastrophe de Tchernobyl est toujours controversé pour sa grande modération. Samedi 9 mars à 13 h 30, le monde associatif organise une chaîne humaine antinucléaire à Paris. http://chainehumaine.org/

Écologie
Temps de lecture : 3 minutes

Pour aller plus loin…

Le lycée agricole de Melle, pépinière du mouvement antibassines
Reportage 15 juillet 2024 abonné·es

Le lycée agricole de Melle, pépinière du mouvement antibassines

L’établissement des Deux-Sèvres voit mûrir au sein de son BTS gestion et protection de la nature une nouvelle génération d’activistes contre l’accaparement de l’eau. Ses élèves aux parcours sinueux trouvent dans ce terroir et son activité militante le déclic d’un engagement durable.
Par Sylvain Lapoix
L’écologie unie face à l’extrême droite
Écologie 25 juin 2024

L’écologie unie face à l’extrême droite

À l’initiative de Reporterre, de nombreuses ONG, penseurs écologistes et militants se sont réunis le lundi 24 juin à Paris. L’objectif : dénoncer l’imposture écologique de l’extrême droite et les dangers de son accession au pouvoir sur l’environnement.
Par Tristan Dereuddre
« Le RN n’a rien compris aux leviers de la lutte contre le dérèglement climatique »
Entretien 17 juin 2024

« Le RN n’a rien compris aux leviers de la lutte contre le dérèglement climatique »

Jean-François Julliard, directeur général de Greenpeace France revient sur la menace que représente l’extrême droite climatosceptique pour la transition écologique et sociale, et sur le rôle décisif de la société civile auprès du Nouveau Front populaire.  
Par Vanina Delmas
Désenclavement : le mythe qui ne tient pas la route
Analyse 12 juin 2024 abonné·es

Désenclavement : le mythe qui ne tient pas la route

Pour les défenseurs de l’autoroute A69, c’est la survie économique du territoire autour de Castres qui est en jeu. Mais quelles réalités néolibérales cet argument sans cesse brandi cache-t-il ?
Par Vanina Delmas