Le viol, ce crime que l’on ne veut pas entendre

Deux livres relayent la parole de femmes victimes d’agressions sexuelles.

« Viol » : quatre lettres qui suscitent gêne, ignorance et tabou. Aujourd’hui, deux livres cherchent à dessiller les yeux sur la barbarie de l’agression. À l’initiative de Clémentine Autain, directrice du journal Regards et militante féministe, Elles se manifestent veut briser le silence, comme l’avaient fait en 2012 « les 313 » contre le viol. Dans le même temps, paraît sous la plume de Jessie Magana, dans une collection destinée à la jeunesse, Gisèle Halimi : « Non au viol », qui revient sur le combat de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents