Naviguez dans la boîte aux lettres virtuelle du chef de l'État

Depuis son arrivée à l'Élysée, François Hollande reçoit pléthore de « lettres ouvertes » lui demandant d'intervenir ou de changer de cap. Florilège.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Pour vous déplacer dans l'infographie :** cliquez sur les carrés ou dans l'espace pour le faire glisser.

Zoomer et dézoomer en « scrollant » avec votre souris.

Ou cliquez sur les flèches (gauche ou droite) pour avancer de carré en carré.*


Cela devient l'exercice de style du quinquennat. Des opposants au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes à la « coordination » contre la ligne Lyon-Turin, en passant par les organisations du « mouvement social » ou de défense des droits humains, nombreux sont les auteurs de « lettres ouvertes au Président».

Il y a ceux qui jouent sur la fibre personnelle, et parlent de leur idée du « socialisme », comme Patrick Warin, ancien camarade de classe du Président dans la promotion Voltaire de l'Ena, ou l’écrivain Paul Pavlowitch, qui demande dans Politis la libération du prisonnier Philippe El Shennawy.

D'autres dressent une présentation détaillée de leurs arguments ou dénoncent frontalement les « mensonges » et les « absurdités » de la politique du chef de l’État, comme Édouard Martin, délégué syndical de l'usine Arcelor Mittal de Florange (Moselle).

Pour inventorier ces missives, Politis.fr ouvre une rubrique dédiée et une boîte aux lettres virtuelle. Elles recevront les futurs courriers au Président et le cas échéant – ne sait-on jamais – leurs réponses.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents