ONU : l’Iran, la Syrie et la Corée du Nord bloquent la réglementation du commerce des armes

L’adoption d’un traité sur le commerce des armes a été bloquée à l’ONU par l’Iran, la Syrie et la Corée du Nord, au grand dam des associations de défense des droits humains.

Orianne Hidalgo  • 29 mars 2013
Partager :
ONU : l’Iran, la Syrie et la Corée du Nord bloquent la réglementation du commerce des armes
© Photo : AFP / NICOLAS LAMBERT / BELGA

Le 3 avril 2013, les États membres de l’ONU ont finalement adopté le premier traité international pour réguler le commerce des armes (154 votes favorables, 23 abstentions et seulement 3 "non" : la Corée du Nord, la Syrie et l’Iran).

L'ONG Oxfam salue « une victoire historique» qui vient récompenser quinze ans de mobilisation citoyenne.

Jeudi 28 mars, à l’issue de 10 jours de négociations à New-York, l’adoption du Traité sur le commerce des armes (TCA), en projet depuis 2006, a été bloquée par l’Iran, la Syrie et la Corée du Nord. Il devait obliger les Etats, avant d’effectuer une transaction d’armes, à évaluer le risque que celle-ci pourrait entraîner en termes de crimes contre l’humanité. 

Un résultat « décevant », pour Peter Woolcott, président de la Conférence finale des Nations Unies pour un traité sur le commerce des armes. Une décision « aberrante », selon Brian Wood, responsable du programme Contrôle des armes et droits humains à Amnesty International. 70 milliards de dollars et un demi-million de victimes par an, ce sont les chiffres qu’engendre ce commerce, lequel ne sera toujours pas juridiquement et internationalement réglementé ce 28 mars. En juillet 2012, trois des membres permanents au conseil de sécurité des Nations Unies – les Etats-Unis, la Russie et la Chine – premiers exportateurs mondiaux d’armes selon le SIPRI, avaient immobilisé la progression du TCA.   

Aujourd’hui, c’est au tour d’États enclavés par des sanctions internationales, et dont les exactions ont été maintes fois dénoncées par des ONG, d’imposer leurs décisions. Respectivement sous embargo depuis 2009 et 2007, la Corée du Nord et l’Iran dénoncent les « abus politiques » d’un texte favorisant les intérêts des grands exportateurs d’armes. La Syrie, dont le gouvernement réprime militairement ses opposants se préoccupe d’un texte n’intégrant pas la question du transfert d’armes aux groupes non étatiques. Malgré le blocage, le Mexique, suivi notamment par le Kenya, l’Argentine, les Etats-Unis, le Japon et la Finlande, propose de faire immédiatement adopter le traité à l’Assemblée générale par consensus. L’urgence humanitaire l’exige. Une suggestion jugée « inacceptable » par la Russie, principal fournisseur d’armes au régime syrien.   

Les failles du texte de 2012, épargnant les intérêts des puissances exportatrices, persistent : toutes les catégories d’armes et de munitions ne sont pas comprises dans les contrôles, les accords de coopération militaire entre les Etats parties autorisent encore le transfert d’armes dans des zones à risques, les contrôles d’importation et de transit restent opaques. Néanmoins, « nous ne pouvons pas retourner bredouille au pays » , concède la représentante de Madagascar, joignant sa voix à celles des délégations en faveur d’une adoption à l’Assemblée.  

Le texte pourrait être adopté mardi 2 avril à la majorité des deux tiers, faute d’un consensus. L’opposition de l’Iran, de la Syrie et de la Corée du Nord souligne le champ d’action limité d’un traité susceptible d’être contourné : « Malgré le très large soutien dont bénéficie le traité, quelques États continuent à essayer de faire valoir d’énormes intérêts économiques ou à invoquer l’exercice du pouvoir politique, voire la souveraineté, afin de justifier des actes dont le caractère répréhensible est flagrant » , prévient Amnesty International.

Monde
Temps de lecture : 3 minutes
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Birmanie : « Nous gagnerons car nous n’avons pas le choix »
Résistance • 25 janvier 2023 abonné·es

Birmanie : « Nous gagnerons car nous n’avons pas le choix »

Deux ans après le coup d’État militaire, le mouvement de résistance pro-démocratie ne fléchit pas. Cependant, l’issue de sa lutte dépend du renforcement des soutiens extérieurs, jusque-là timides.
Par Patrick Piro
« La France n’a pas accompagné la démocratisation de l’Afrique de l’Ouest »
Entretien • 4 janvier 2023 abonné·es

« La France n’a pas accompagné la démocratisation de l’Afrique de l’Ouest »

Le chercheur béninois Francis Laloupo étudie depuis longtemps les enjeux géopolitiques de l’Afrique et les conflits qui y émergent, particulièrement en Afrique de l’Ouest. Cette région connaît aujourd’hui des soubresauts qui contrecarrent ses avancées vers la démocratie. L’ex-colonisateur français en porte une responsabilité non négligeable, estime le chercheur.
Par Patrick Piro
Droits des femmes et LGBT+ : la menace Meloni
Monde • 14 décembre 2022 abonné·es

Droits des femmes et LGBT+ : la menace Meloni

Depuis l’élection du gouvernement d’extrême droite en Italie, les mouvements pro-vie et anti-genre prennent de l’ampleur et s’emploient à infléchir la législation dans le sens de leurs combats.
Par Irene Fodaro
De la Syrie à l’Irak, les Kurdes sous les feux croisés turcs et iraniens
Répression • 9 décembre 2022 abonné·es

De la Syrie à l’Irak, les Kurdes sous les feux croisés turcs et iraniens

Accusés de tous les maux par Ankara et par Téhéran, les partis d’opposition et les groupes rebelles kurdes vivent des heures très difficiles en Irak et en Syrie. Si la « communauté internationale » ne cache pas sa préoccupation, personne ne semble en mesure de mettre fin à un cycle devenu infernal. Décryptage.
Par Laurent Perpigna Iban