Rupture à Belfort

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Une énigme. Catherine Bizern, à la tête depuis 2006 d’EntreVues, le festival international du film de Belfort, découvreur de nombreux cinéastes tels qu’Abdellatif Kechiche, João Pedro Rodrigues ou Tariq Teguia, a vu son CDD non renouvelé par l’association qui gère la manifestation. Quelques jours avant de prendre cette décision, celle-ci avait pourtant dressé un bilan très positif du festival. « “Qui paie décide”. La phrase d’Orson Welles qui l’an dernier ouvrait mon éditorial, écrit Catherine Bizern dans un mail adressé aux professionnels, était semble-t-il prémonitoire. Pourtant, ce fut une surprise d’apprendre que la mairie de Belfort, à qui le festival “appartient”, décidait qu’après l’édition 2012, particulièrement réussie, il était urgent de changer les orientations d’EntreVues, et donc la direction du festival… » Aucune explication pour l’heure n’est donnée du côté des décideurs. Est-ce parce que Catherine Bizern a trop bien réussi sa mission qu’elle en est ainsi remerciée ?


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.