Syrie : vaincre l’indifférence

Après deux ans de conflit et soixante mille morts, la seule question qui vaille est celle de savoir comment hâter la chute du clan Assad. Par Farouk Mardam-Bey.

Deux ans après son déclenchement, la révolution syrienne est encore très loin de ses objectifs. Lesquels se résument dans les mots d’ordre scandés partout dans le monde arabe par des millions de manifestants : liberté, dignité, justice sociale. En outre, les Syriens constatent avec amertume qu’à la relative sympathie exprimée pendant quelques mois à leur égard par la « communauté internationale » n’ont succédé que cynisme, indifférence et incompréhension. Il est de bon ton d’en rejeter la responsabilité…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.