Les entreprises d’insertion vont mal

À subventions constantes, la profession éprouve d’énormes difficultés à maintenir sa mission sociale.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Augmentation des coûts à subvention constante, délais de paiement des administrations qui plombent les trésoreries : les entreprises d’insertion éprouvent d’importantes difficultés. Selon les chiffres publiés par le Comité national des entreprises d’insertion (CNEI), 2 entreprises sur 5 ont dû mettre en place un plan de restructuration ou de redressement depuis 2011. 

« Le modèle est à bout de souffle. Avec des perspectives incertaines et la stabilité de l'aide au poste depuis 10 ans, nous avons dû générer des gains de productivité pour faire face à la hausse des frais salariaux » , résume un entrepreneur de l’Isère, cité par le CNEI.

Beaucoup d’entreprises ont donc été contraintes de réduire leurs effectifs et d’affaiblir leur mission d’insertion.

Ce premier baromètre annuel a été lancé par le CNEI pour répondre à la demande du ministère du Redressement productif, qui souhaite obtenir un état des lieux et repérer les entreprises en situation de risque aiguë.

Résultat : « 76% des entrepreneurs interrogés jugent l’avenir de leur entreprise incertain (61%) voire inquiétant (15%) » , indique le CNEI.

Les entreprises d’insertion salarient chaque année près de 50 000 chômeurs de longue durée, jeunes sans qualification ou bénéficiaires de minimas sociaux.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.