Serge La Barbera : « Mêler l’histoire et la fiction »

Dans le Syndrome de Salammbô, Serge La Barbera évoque la Tunisie actuelle au gré d’une connaissance à la fois historique et personnelle de ce pays.

Christophe Kantcheff  • 4 avril 2013 abonné·es

Après Un sentiment d’imposture en 2008 et Microfilm 2mi354 en 2009 [^2], Serge La Barbera poursuit un chemin cohérent qui repousse toujours plus loin la limite des genres. Récit, essai, fiction, le Syndrome de Salammbô est tout cela à la fois en 140 pages toutes passionnantes.

Comment s’est construit ce livre, à la fois court et très élaboré ?

Serge La Barbera : Par la conjonction de plusieurs éléments apparemment disparates. Il fait suite à mes deux précédents livres, qui s’inscrivaient dans le prolongement de mon travail de thèse et de sa mise en questionnement au moment où survient cet événement fondamental,

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Littérature
Temps de lecture : 5 minutes