Bulgarie : Confusion post-électorale

La courte victoire du parti conservateur ne devrait pas permettre de trouver une majorité.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Après des législatives émaillées de fraudes, la Bulgarie – le pays le plus pauvre de l’Union européenne – a eu des difficultés à se doter d’un gouvernement. La courte victoire du parti conservateur (GERB) ne devrait pas permettre au Premier ministre sortant, Boïko Borissov, de trouver une majorité. On se dirigeait donc, mardi, vers un gouvernement de technocrates soutenu par une étrange coalition constituée du Parti socialiste, d’un parti musulman et du mouvement xénophobe Ataka. Avec, à sa tête, l’économiste Plamen Orecharski, sorte de Mario Monti bulgare, promu par le PS, et à la botte de Bruxelles.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents