Cons-ternant !

Christine Tréguier  • 2 mai 2013
Partager :

Bon, alors, c’est l’histoire de syndicalistes, magistrats de profession, qui, pour exorciser leur désespoir de voir la société et la justice mal barrées et leur relative impuissance à défaire les attaques de la Sarkozie contre leur constitutionnelle indépendance, avaient, sur le grand tableau accroché au mur de leur local (syndical, donc théoriquement protégé par la loi de toute fouille ou surveillance extérieure), décidé d’épingler « les cons ». Potache sans doute, mais cette pratique est, et a toujours été, on ne peut plus commune, et pas que chez les syndicalistes. Se sont retrouvés au tableau des photos de « cons » de droite essentiellement, puisque ces syndicalistes sont réputés « gauchistes ». Normal !

Les « cons » sarkozystes quittant le gouvernement (mais pas la politique), le tableau s’est figé, mais personne n’a jugé utile d’enlever les photos. Les syndicalistes, ça ne chôme pas vraiment, surtout dans le secteur judiciaro-pénitentiaire en ces temps de pénurie d’argent, de moyens et d’espaces… Un jour, un « con », qui n’était pas au tableau, débarque dans leur local, s’offusque – de ne pas y être peut-être – et dégaine son smartphone pour faire un truc pas du tout légal : voler des images, qu’il donne à un blog de « cons » de droite, qui les diffuse et déclenche la pseudo-affaire dite du « mur des cons ».

-La lettre ouverte du Syndicat de la magistrature -Le communiqué de presse de Christiane Taubira -Le mur des cons… plaintes dans Google
Une armée de « cons » se précipite aux micros et devant les caméras pour crier à l’infamie, l’injure et à l’irresponsabilité. Ils interpellent la garde des Sceaux, veulent un lynchage public de ces magistrats « trop » syndicalistes qui ne les ont pas ménagés quand ils étaient au pouvoir. Taubira fait mine, danse d’un pied sur l’autre et, au lieu de taper sur la table pour signifier la fin de la récré, finit par céder aux hurlements des « cons ». Un premier con-muniqué de presse entérine leurs accusations en condamnant « cette pratique » et en évoquant « un acte insupportable, stupide et malsain » . Puis la ministre accepte de livrer ces mécréants au Conseil supérieur de la magistrature, qui dira s’il y a eu « manquement à la déontologie ». Les « cons » de tous bords jubilent… Les « cons » du Figaro en font un fromage, repris par des « cons », d’autres plumitifs et des tas d’autres « cons » sur Internet qui glosent sur les « cons » de droite, les « cons » de gauche, les « cons » syndiqués, etc.

Sans commentaire… (et merci à [Tinou->http://blog.tinou.org/2008/03/28/les-cons-au-bureau-existent/] à qui nous empruntons cette image)

Ce chœur des « cons » et les proportions ahurissantes prises par cette non-affaire amènent à se demander ce que révèle une telle avalanche de conneries si bien médiatisées ? Et à se poser une question à la con : C’est quoi un « con » ? Comme l’a fort bien résumé Jean Rigade : «   Con exige un adjectif qui l’accompagne. Le vrai con, le sale con, le petit con, le pauvre con, etc. Sinon ça ne veut rien dire.   » François Morel, dans sa chronique matinale de jeudi sur Inter, ajoutait : « Con est un mot gentil et générique, le con court les rues, on le croise partout et même certains jours en se regardant dans la glace. » Un substantif tellement anodin qu’un président en exercice s’est permis de le lancer à un quidam non sympathisant avec un «   casse-toi pauv’con   !   » qui a fait le tour de la planète.

Alors c’est sûr, on se dit que l’injure, l’atteinte à l’honneur, tout ça… ça ne tiendra pas une seconde devant des juges. Imaginez plutôt le sketch à l’audience :

Plaignant : «   M’sieur l’juge il m’a traité d’con…
_ Juge : Oui et alors   ?
_ Plaignant : Mais il m’a traité de con j’vous dis !
_ Juge : Écoutez cher(e) monsieur/madame, la justice est chose sérieuse, les tribunaux sont surchargés, nous avons d’autres “cons” à fouetter, alors allez, s’il vous plaît, régler vos histoires de cour d’école ailleurs ! Affaire suivante… »

C’est à croire que les « cons » qui menacent de porter plainte (je ne citerai pas de noms mais demandez à Google) ne le font que par péché d’orgueil et pour attirer l’œil des caméras. Quant aux « cons » qui pensent professionnel de leur tendre un micro et de se faire les passeurs d’accusation… ils devraient se souvenir de tous ceux qu’ils ont traités de « cons » dans l’intimité de leur coin de bureau et méditer sur la célébrissime phrase d’Audiard : « Les cons ça ose tout. C’est même à ça qu’on les reconnaît. »

Le Syndicat de la magistrature, lui, a publié samedi une lettre ouverte à la garde des Sceaux qui remet les pendules à l’heure et lui rappelle que « c’est bien l’expression publique syndicale et, par conséquent, le fait syndical dans la magistrature que vous remettez en question par votre saisine consternante du Conseil supérieur de la magistrature. Nous attendions plutôt de vous, Madame la ministre, que vous défendiez vous-même cette liberté syndicale » .

Je suis peut-être « conne », mais j’espère que cette con-sternante histoire se sera déballonnée quand paraîtra cette chronique. Que les « cons » sauront lire et se taire pour qu’on puisse entendre… le reste. Et je suggère même à nos syndicalistes cons-sternés de vite mettre leur tableau de cons aux enchères sur eBay, et de s’en acheter un beau tout neuf. Des cons à épingler, on n’est pas prêt d’en manquer !  

Sur le Web La lettre ouverte du Syndicat de la magistraturehttp://www.syndicat-magistrature.org/Lettre-ouverte-a-la-Garde-des,2129.html Le communiqué de presse de Christiane Taubirahttp://www.presse.justice.gouv.fr/archives-communiques-10095/organisation-syndicale-de-magistrats-25393.html Le mur des cons… plaintes dans Googlehttps://www.google.fr/search?q=mur+des+cons+plainte+&ie=utf-8&oe=utf-8&aq=t&rls=org.mozilla:fr:official&client=firefox-a#client=firefox-a&hs=rAV&rls=org.mozilla:fr%3Aofficial&sclient=psy-ab&q=mur+des+cons+plainte&oq=mur+des+cons+plainte&gsl=serp.3…13527.17460.0.19216.2.2.0.0.0.0.90.167.2.2.0…0.0…1c..11.psy-ab.iNGlv8042E&pbx=1&bav=on.2,or.r_qf.&bvm=bv.45645796,d.d2k&fp=5edb7497245b9b2a&biw=828&bih=431

Suite aux insultes et à l'envoi d'une enveloppe contenant de la poudre blanche non identifiée au Syndicat de la Magistrature, Christiane Taubira s'est fendu vendredi d'un autre communiqué, cette fois-ci pour condamner les "cons" qui les agressent... http://www.presse.justice.gouv.fr/garde-des-sceaux-communiques-discours-agenda-10227/lettre-recue-par-le-sm-25403.html
Publié dans
Les blogs et Les blogs invités
Temps de lecture : 6 minutes
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don