Les conseillers du pire

Des économistes pour qui tout va mal à cause des « rigidités structurelles ».

Le Conseil d’analyse économique a été créé en 1997, sous Jospin. Initiative louable puisqu’il est supposé œuvrer par la « confrontation des points de vue » (art. 1 de ses statuts). Mais, d’année en année, c’est peu dire que la confrontation s’est réduite. Le nouveau Conseil, nommé par Ayrault, avait surpris par sa composition : d’une part, une palanquée d’économistes rabâchant sans cesse que tout va mal à cause des « rigidités structurelles » (droit du travail, protection sociale, etc.) et, parmi les…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents