Quatre mains en liberté

Jean Wiéner a contribué à introduire les musiques américaines en France dans les années 1920. Ses duos miraculeux avec Clément Doucet sont aujourd’hui réédités.

Au cours d’un entretien qu’il m’avait accordé vers la fin des années 1970, Jean Wiéner racontait avec beaucoup d’émotion sa découverte des musiques américaines. Après la révélation de ragtimes rapportés des États-Unis par le pianiste Yves Nat, la rumeur de sonorités absolument nouvelles, incarnées dans la revue Laissez-les tomber par les danseurs Gaby Deslys et Harry Pilcer, l’avait conduit au Casino de Paris : « J’ai eu à ce moment-là une espèce de choc… Et immédiatement j’ai senti ce que Cocteau appelait…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Assurance-chômage : la grande loterie

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.