Réformes : qui détient vraiment le pouvoir ?

Si le citoyen reste peu audible, diverses forces sont à même de peser sur les débats. Non sans risques de conflits d’intérêts.

Ingrid Merckx  • 30 mai 2013 abonné·es

Dans les débats de bioéthique, une multitude un peu opaque, et non exempte de conflits d’intérêts, d’institutionnels, de professionnels, de représentants de la société civile ou des cultes prennent la parole quand les citoyens restent inaudibles. « Tout projet de réforme sur les problèmes éthiques et les questions de société soulevés par

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Publié dans le dossier
Le retour du gaz de schiste
Temps de lecture : 3 minutes