À propos d’une lettre de Georges Corm

L’économiste et historien libanais se défend d’avoir une analyse « favorable au régime syrien ».

La violence extrême du conflit syrien, sa militarisation, sa confessionnalisation, l’évolution d’un mouvement social et démocratique vers une guerre civile sont autant de facteurs qui concourent à provoquer un peu partout dans le monde un très vif débat. Pour notre part, nous avons d’emblée interprété ces événements comme s’inscrivant pleinement dans le prolongement des autres révolutions arabes. Tout en mesurant la complexité du problème, en raison notamment du rôle de la Syrie dans les conflits…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.