Deux migrants portent plainte pour «non assistance» et ciblent l’armée française

Deux survivants d’un drame ayant causé la mort de 63 migrants en Méditerranée en 2011 ont porté plainte contre X, le 18 juin à Paris. Dans le viseur : l’armée française.

Lena Bjurström  • 20 juin 2013 abonné·es
Deux migrants portent plainte pour «non assistance» et ciblent l’armée française
© Photo : Espagne, Tarifa, le 13 novembre 2012 : Les services d'urgence espagnols et la Croix rouge ont intercepté un canot gonflable transportant 10 personnes d'origine subsaharienne au large des côtes espagnoles, près de Tarifa. MARCOS MORENO / AFP

Le 26 mars 2011, 72 migrants quittaient Tripoli et les ravages de la guerre en Libye dans une petite embarcation, à destination des côtes italiennes. En panne de carburant, ils ont dérivé pendant près de deux semaines, avant de s’échouer sur une plage libyenne. Bilan : 63 morts.

Deux survivants du drame ont porté plainte contre X, le 18 juin à Paris, pour non-assistance à personne en danger. Dans cette affaire, l’armée française est sérieusement mise en cause, l’Otan également.

Cette tragédie aurait en effet pu être évitée, selon la Fédération internationale des Ligues des droits de l’Homme (FIDH), la Ligue des Droits de l’Homme (LDH), le Groupe d’information et de soutien des immigré(e)s (Gisti) et Migreurop, quatre associations françaises qui se sont jointes à la plainte contre X déposée par deux survivants. Car au cours de leur longue dérive, les migrants ont tour à tour croisé des navires de pêche et des bâtiments militaires, et pas un ne leur a porté secours.

A l’époque, intervention de l’OTAN en Libye oblige, la Méditerranée était une zone très

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société
Temps de lecture : 6 minutes