La fin du mythe brésilien

Pas dupe des avancées enregistrées ces dernières années, la population aspire au progrès social.

Des centaines de milliers de Brésiliens descendus dans la rue, et des politiques qui bafouillent, des élites prises de court, des analystes perplexes : personne n’a vu venir le coup. Il faut dire que le Brésil est devenu, depuis une décennie, le sujet d’une belle fable progressiste : ce pays aux immenses richesses, mais l’un des plus inégalitaires au monde, a élu l’ex-ouvrier Lula à sa tête, a fait reculer la pauvreté, rivalise presque en croissance économique avec les pays asiatiques, et s’est vu…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents