« L'Inconnu du lac » d'Alain Guiraudie : Éros et Thanatos au soleil

Une tragédie sensuelle, à la fois classique et conquérante.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Une histoire d’amour, donc. Entre deux garçons, Franck (Pierre Deladonchamps) et Michel (Christophe Paou). Elle se déroule uniquement sur la rive d’un lac : une plage naturiste, lieu de drague pour hommes, avec un bois attenant, plus propice aux ébats. Nul autre endroit pour leur histoire. Mais ce lac, quelque part dans le Sud-Ouest de la France, paisible a priori, concentre tous les grands sentiments – le désir, la jalousie, la peur… –, les plus beaux gestes – ceux de l’amour – comme les plus terribles – ceux de la mort. L’Inconnu du lac est une tragédie inaugurée sous le soleil qui bascule dans l’angoisse. Le film en a la limpidité classique. Le lac de Guiraudie est comme une scène antique. Le mal et le bonheur, Éros et Thanatos, s’y confrontent. Mais la tragédie, chez le cinéaste, n’a évidemment rien d’austère. Elle a d’abord son quota d’humour. Et cela commence très vite avec la prétendue menace, dont on semble faire grand cas dans la région, d’un silure « long de 5 mètres » qui hanterait le lac (menace imaginaire – le silure n’attaque pas l’homme – qui en annonce une autre, réelle celle-là). Et par les plans, à la fois osés et cocasses, de ces hommes nus allongés sur la plage, dont les parties génitales s’offrent tranquillement au regard du spectateur.

Cette tragédie-là est aussi inscrite dans la banalité du quotidien. De ce point de vue, l’Inconnu du lac recèle un personnage émouvant : Henri (Patrick d’Assumçao). Approchant la cinquantaine, la silhouette enrobée, restant habillé et toujours à l’écart, Henri vient sur ce lac non pour draguer mais sans savoir vraiment pourquoi. Peut-être pour cette amitié qui se noue avec Franck, le seul à parler avec cet homme bon. Enfin, l’Inconnu du lac est une tragédie éminemment sensuelle – on pense souvent à Renoir et à sa Partie de campagne. Elle est aussi joyeusement sexuée. Avec ses scènes de sexe entre Franck et Michel aussi crues que délicates, on ne peut plus physiques et paradisiaques, Alain Guiraudie offre des représentations de l’amour, homosexuel en l’occurrence, libératoires et conquérantes, eu égard à notre époque de régression des esprits. Alain Guiraudie a resserré son cadre pour élargir le regard. L’Inconnu du lac est une grande réussite.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.