Dossier : Brésil, Turquie, Égypte... La révolte se mondialise

Brésil, Turquie, Égypte… La révolte se mondialise

Avec la révolution tunisienne de décembre 2010 nous sommes entrés dans quelque chose de nouveau qui s’est prolongé depuis.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Définir des périodes historiques est toujours hasardeux. Il faut en accepter la part d’arbitraire. Il nous semble cependant qu’avec la révolution tunisienne de décembre 2010 nous sommes entrés dans quelque chose de nouveau qui s’est prolongé depuis, non seulement dans le monde arabe, mais en Europe du Sud, en Turquie et même en Israël. Et l’onde de choc atteint aujourd’hui le Brésil. Les uns avaient à chasser des dictateurs, les autres manifestent contre les effets du libéralisme économique, mais les formes de lutte se ressemblent. Surtout qu’il apparaît bien souvent que l’ultralibéralisme rejoint les régimes autoritaires, comme en témoigne la décision brutale du gouvernement grec de fermer les chaînes de la télévision publique. Si bien que l’exigence démocratique est finalement un trait commun à tous ces mouvements.

Mais, bien avant la Tunisie, il y avait eu bien sûr l’Ukraine, avec la « Révolution orange », dès 2004, la « Révolution de safran », en Birmanie, en août et septembre 2007, et le soulèvement de 2009 en Iran. N’oublions pas non plus la « Révolution des casseroles », en Islande, qui a conduit en novembre 2010 à l’élection d’une assemblée constituante. C’est peut-être la voie que va suivre le Brésil. Et si l’on voulait poursuivre cette remontée dans le temps, on pourrait même dire qu’avant la Tunisie il y a eu… la Tunisie Car dès 2008, dans les mines de Gafsa, les manifestations préfiguraient la « Révolution de jasmin ». Alors pourquoi décembre 2010 ? Parce que c’est une victoire et que d’autres peuples ont intériorisé cet événement. L’irruption des classes moyennes sur la scène politique ne semblait plus systématiquement vouée à l’échec et à la répression.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.