Enki Bilal : « Le transhumanisme est un des premiers rêves de l’homme »

Avec l’exposition « Mécanhumanimal », Enki Bilal célèbre la part mécanique des êtres vivants et leur métamorphose en créatures hybrides.

Ingrid Merckx  • 25 juillet 2013 abonné·es

Pour les Fantômes du Louvre, le dessinateur Enki Bilal avait photographié quatre cents œuvres du plus grand musée du monde pour en retravailler vingt-trois à la peinture. Pour le Musée des arts et métiers, il a puisé dans son œuvre les représentations de cette idée, « Mécanhumanimal », née en visitant les collections de 80 000 pièces pour la plupart jamais exposées. Soit un concept réunissant l’homme, l’animal et la machine. Il a travaillé avec un installateur sonore et une créatrice d’odeurs, et a joué sur les possibilités ludiques pendant le parcours. « Mécanhumanimal » est une rétrospective qui propose un jeu de connexions excitantes. L’homme augmenté, c’est quoi ? Bilal

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 7 minutes