La résistance des grosses cylindrées

Les objectifs de réduction du CO2 automobile sont entravés par Berlin.

L’ambitieuse transition énergétique menée par l’Allemagne laisse le monde admiratif. Mais tout comme la France considère le nucléaire hors débat, Berlin a quasiment soustrait le transport automobile de son tableau de marche. Le pays compte des fabricants comme Daimler et BMW, qui ont fait des grosses cylindrées leur fonds de commerce, et l’opinion reste très attachée à la grande vitesse sur route. Alors que la plupart des pays de l’Union et le Parlement européen ont fini par s’accorder, fin juin, pour…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.