Dossier : Faillite de l'UMP : Le prix de la politique spectacle

La Tunisie à l’épreuve de la crise égyptienne

La destitution de Morsi en Égypte affaiblit un pouvoir islamiste tunisien qui fait cependant le pari d’une autre stratégie. Correspondance, Thierry Brésillon.

La Tunisie se sent désormais bien seule. Avec la destitution de Mohamed Morsi en Égypte, elle est le seul pays où le processus politique de transition se poursuit sans trop de heurts, avec un parti islamiste au pouvoir, mais dont le capital politique s’est usé depuis sa large victoire aux élections d’octobre 2011. Le marasme économique, l’augmentation des prix qui assomme les ménages les plus modestes et, d’une manière générale, l’impression que « rien n’a changé » en dehors d’une liberté et d’une absence…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents