« Les Enfances Chino » de Christian Prigent : Du noir, pas du sépia

Sur un mode implosif, Christian Prigent livre une enfance plurielle.

Les Enfances Chino arrive après quelques livres où Christian Prigent, déjà, revient sur les années 1950 et 1960. Des livres qualifiés de romans qui, sans se succéder, sont marquants, touffus, les plus volumineux – ou les plus épiques – de son ample bibliographie. L’enfance est aussi un thème courant chez les écrivains mais il ne faut pas l’entendre chez Prigent comme un seul retour vers le passé. La nostalgie est son ennemie. L’enfance, chez lui, est métaphorique : une ouverture au présent vers l’inédit,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.