Mohamed Brahmi assassiné

En Tunisie, l’assassinat de Mohamed Brahmi risque de plonger le parti au pouvoir au centre d’une nouvelle crise politique.

Denis Sieffert  • 26 juillet 2013
Partager :
Mohamed Brahmi assassiné
© Photo : FETHI BELAID / AFP

Figure de la gauche tunisienne, Mohamed Brahmi a été assassiné jeudi, devant son domicile, près de Tunis. Il a été abattu à bout portant par deux individus en moto, selon un mode opératoire qui rappelle l’assassinat d’un autre opposant de gauche, Chokri Belaïd, en février dernier. Ce vendredi, les autorités tunisiennes ont d’ailleurs affirmé que l’arme utilisée était la même pour les deux assassinats.
Mohamed Brahmi, 58 ans, était fondateur et coordinateur général du Mouvement populaire et membre de l’Assemblée constituante.

Aussitôt après l’annonce de l’assassinat, une foule s’est rassemblée devant l’hôpital où avait été conduit son corps, scandant des slogans hostiles à Ennahdha, le parti islamiste au pouvoir, et au premier ministre, Rached Ghannouchi.

Ironie de l’histoire, la veille, un ministre d’Ennahdha avait indiqué que les commanditaires de l’assassinat de Chokri Belaid avaient été identifiés. Sans qu’on connaisse leur identité, les soupçons s’étaient portés sur un groupe islamiste radical.

L’assassinat de Chokri Belaid avait débouché sur une grave crise politique entraînant la démission du premier ministre de l’époque, Hamadi Jebali, dirigeant d’Ennahdha. Un scénario semblable est possible. Une grande partie de la gauche laïque reproche aux islamistes d’Ennahdha de se montrer trop faibles à l’égard des courant les plus extrémistes.

Depuis plusieurs semaines, Ennahdha s’est efforcé de durcir la répression contre les groupes violents de la mouvance salafiste. L’assassinat de Brahmi risque de mettre une nouvelle fois en difficulté le gouvernement déjà affaibli par la chute de Mohamed Morsi en Egypte.

Monde
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Birmanie : « Nous gagnerons car nous n’avons pas le choix »
Résistance • 25 janvier 2023 abonné·es

Birmanie : « Nous gagnerons car nous n’avons pas le choix »

Deux ans après le coup d’État militaire, le mouvement de résistance pro-démocratie ne fléchit pas. Cependant, l’issue de sa lutte dépend du renforcement des soutiens extérieurs, jusque-là timides.
Par Patrick Piro
« La France n’a pas accompagné la démocratisation de l’Afrique de l’Ouest »
Entretien • 4 janvier 2023 abonné·es

« La France n’a pas accompagné la démocratisation de l’Afrique de l’Ouest »

Le chercheur béninois Francis Laloupo étudie depuis longtemps les enjeux géopolitiques de l’Afrique et les conflits qui y émergent, particulièrement en Afrique de l’Ouest. Cette région connaît aujourd’hui des soubresauts qui contrecarrent ses avancées vers la démocratie. L’ex-colonisateur français en porte une responsabilité non négligeable, estime le chercheur.
Par Patrick Piro
Droits des femmes et LGBT+ : la menace Meloni
Monde • 14 décembre 2022 abonné·es

Droits des femmes et LGBT+ : la menace Meloni

Depuis l’élection du gouvernement d’extrême droite en Italie, les mouvements pro-vie et anti-genre prennent de l’ampleur et s’emploient à infléchir la législation dans le sens de leurs combats.
Par Irene Fodaro
De la Syrie à l’Irak, les Kurdes sous les feux croisés turcs et iraniens
Répression • 9 décembre 2022 abonné·es

De la Syrie à l’Irak, les Kurdes sous les feux croisés turcs et iraniens

Accusés de tous les maux par Ankara et par Téhéran, les partis d’opposition et les groupes rebelles kurdes vivent des heures très difficiles en Irak et en Syrie. Si la « communauté internationale » ne cache pas sa préoccupation, personne ne semble en mesure de mettre fin à un cycle devenu infernal. Décryptage.
Par Laurent Perpigna Iban