Parutions de la semaine

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Atlas des relations internationales

Direction Pascal Boniface, éd. Hatier, 175 p., 35,90 euros.

Plus que jamais indispensable dans un monde en mouvement, voici la dernière livraison de l’ Atlas des relations internationales. On y retrouve les signatures des experts de l’Iris, sous la direction de Pascal Boniface. L’ensemble est organisé en deux parties. La première aborde les grands sujets thématiques considérés dans un « espace mondial »  ; la seconde, plus classique, propose une analyse de la situation dans les «  aires régionales ». La force de l’ouvrage réside dans le souci permanent des auteurs de remonter le fil de l’histoire pour contextualiser les tensions et les conflits actuels. Le tout sur 175 pages nourries de nombreuses cartes et infographies.

Nelson Mandela, un combat pour la liberté

Jean-François Demay, illustrations de Laurence Gérardin, éd. Formulette, « Album jeunesse », 46 p., 14,90 euros.

À l’heure où toute l’Afrique du Sud et bien au-delà s’inquiète de la probable disparition prochaine du grand militant anti-apartheid et premier Président noir du pays, cet ouvrage de notre collaborateur Jean-François Demay, qui conçoit chaque semaine les excellentes grilles de mots croisés de Politis, est d’abord destiné aux collégiens et lycéens. Didactique, fouillé, joliment illustré, il retrace à travers le regard de deux enfants, « Louis l’Européen » et « Issa l’Africain », entre textes, cartes et petites bandes dessinées, les grandes lignes de l’histoire sud-africaine « avant Mandela », puis la vie de combats de l’inflexible « Madiba ». Jusqu’à son accession à la présidence, après qu’il eut réussi à abattre l’apartheid et à éviter la guerre civile. À mettre dans toutes les jeunes mains.

La Vallée des fleurs

Christophe Oberlin, photographies Samer Mohdad et Joss Dray. Éditions Erick, 202 p., 18 euros.

Nos lecteurs connaissent bien Christophe Oberlin, chirurgien, membre de tant de missions humanitaires à Gaza. Gaza, c’est précisément de là que part son dernier livre, passionnant, sur un épisode peu connu du conflit israélo-palestinien. Oberlin a recueilli les récits des militants et intellectuels palestiniens déportés en 1992 dans un hameau du Liban Sud, Marj El Zouhour, nommé ironiquement « Vallée des fleurs », mais en vérité aussi désertique qu’inhospitalier et infesté de scorpions. Le paradoxe de l’histoire, c’est que ce lieu d’exil où Rabin espérait qu’ils disparaîtraient à jamais, est devenu, par la détermination de ces hommes, un véritable « séminaire de formation » pour une génération de militants qui s’y réfèrent aujourd’hui encore.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.