Un Watergate planétaire

Pour accomplir leur forfait, les États-Unis réquisitionnent des complices eux-mêmes surpuissants, tels qu’aucun concurrent ne peut en disposer.

Au fond, l’affaire Snowden ne devrait pas trop nous étonner. Ce gigantesque Watergate planétaire confirme la réalité d’un monde d’un cynisme achevé, dans lequel la guerre économique justifie tout. Un monde où on n’espionne plus ses ennemis, comme autrefois, mais ses amis. Ceux en tout cas dont on partage l’idéologie. Peut-être parce qu’il ne peut plus exister, dans cet univers, ni amis ni alliés. On fait donc écouter ses propres partenaires, avec qui on négocie des accords commerciaux « transatlantiques »,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.