Fukushima maintenu au secret

Depuis l’accident nucléaire survenu le 11 mars 2011, les autorités s’ingénient à dissimuler l’ampleur des dégâts. Récemment, pourtant, elles ont dû proclamer une situation d’urgence.

Le 7 août, le gouvernement japonais et l’entreprise Tepco, qui gèrent difficilement depuis plus de deux ans les suites de l’accident de Fukushima, ont proclamé une « situation d’urgence ». Ils ont dû finalement admettre que de l’eau fortement radioactive s’écoulait vers la mer. Deux semaines plus tard, les mêmes ont décrété une « alerte grave », avouant une réalité dissimulée depuis longtemps : chaque jour, 300 000 litres d’eau contaminée polluent le Pacifique. Et sans que l’origine en soit clairement…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.