Syrie : pourquoi l’arme chimique ?

Après la bataille de Qussayr, remportée par le régime grâce à l’aide du Hezbollah libanais, le crescendo dans la violence révèle davantage la faiblesse du pouvoir que sa supériorité militaire face à une rébellion qui ne désarme pas.

Denis Sieffert  • 28 août 2013 abonné·es

L’attaque chimique, le 21 août, sur les localités de la Ghouta orientale, dans la banlieue est de Damas, a sans aucun doute été un tournant dans l’interminable guerre civile syrienne. Elle aurait fait plus d’un millier de morts – 1 360, selon les comités locaux de coordination. Le doute sur

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Monde
Temps de lecture : 3 minutes