2014, un budget libéral

Avec Hollande, la finance « ennemie » a gagné.

C’est le deuxième budget préparé par le gouvernement Ayrault sous la présidence de François Hollande. À l’automne 2012, l’orientation était déjà claire : après la ratification du pacte budgétaire, il s’agissait de réduire les déficits publics et d’accorder 20 milliards d’euros au patronat sous la forme du crédit d’impôt compétitivité emploi (CICE), tout en évitant la réforme fiscale d’envergure promise. La loi de finances 2013 était bâtie sur une hypothèse de croissance de 0,8 %, qui ne sera pas réalisée,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents