De Mao à Moïse, d’une foi à l’autre

Léo Lévy raconte l’itinéraire de son mari, leader de la Gauche prolétarienne avant d’embrasser la foi juive la plus orthodoxe.

Olivier Doubre  • 17 octobre 2013 abonné·es

Benny Lévy a longtemps fasciné une partie de l’extrême gauche française et au-delà. Bien après ses années de direction de la Gauche prolétarienne (GP), entre la fondation de cette organisation à la suite de Mai 68 et son autodissolution en 1973. Cet ouvrage, écrit par celle qui partagea sa vie depuis la préparation du concours de l’École normale supérieure (ENS) de la rue d’Ulm jusqu’à sa disparition en octobre 2003 à Jérusalem, vient éclairer un parcours a priori atypique. A priori seulement, puisqu’on peut aisément considérer son passage du maoïsme le plus fervent à la religion juive ultraorthodoxe comme une continuité, d’une « foi » à une autre. S’il ne dément pas tout à fait ce raccourci souvent entendu, ce livre de Léo Lévy, née Judith Aronowicz, vient néanmoins le nuancer et donne à mieux comprendre l’évolution ou le glissement de « Pierre Victor », son pseudonyme de militant à la GP, jusqu’à son installation en Israël en 1995 pour y étudier quotidiennement le Talmud.

Né dans une famille pauvre de juifs cairotes francophones, où la religion n’a pas une place prépondérante, Benny Lévy et les siens se voient contraints de s’exiler en Belgique, où vit une partie de leur famille, lorsque Nasser expulse les juifs du pays après la crise de Suez. Le jeune Benny est bientôt scolarisé au lycée français de Bruxelles et remarqué pour ses dons dans les matières littéraires : « la langue française l’habite ». Mais c’est surtout sa situation d’exilé qui, dès cette enfance troublée, le marque intimement. Ainsi, ayant rejoint Paris pour les classes préparatoires du lycée Louis-le-Grand, il intègre l’ENS en 1965, au rang de « 2e bis » ; « bis, parce qu’il est reçu à titre d’étranger »

Lorsqu’en 1966, proche de Louis Althusser, Benny Lévy lit la « Décision en seize points » de Mao lançant la Révolution culturelle, c’est « l’éblouissement ». Il participe alors à la création de l’Union de la jeunesse communiste marxiste-léniniste, maoïste. Après sa dissolution à l’été 1968 et la grave dépression de son chef, Robert Linhart, Benny Lévy va diriger d’une main de fer ce qui devient la GP, prônant « l’établissement » en usine et l’abnégation la plus stricte pour « la cause ». À ses côtés, Léo suit ses choix. Remarquablement bien écrit, son livre apprend beaucoup sur l’évolution intellectuelle, politique et bientôt spirituelle, dans un lent mais résolu cheminement vers la foi, de celui qui devint le secrétaire de Jean-Paul Sartre après la « sortie de la vision politique du monde ». C’est aussi le récit, pudique, de son amour sans bornes pour Benny. Celui d’une abnégation (encore) et d’une constante mise en retrait de Léo derrière les choix de son mari, embrassés (presque) sans aucune hésitation.

Idées
Temps de lecture : 3 minutes

Pour aller plus loin…

« Le RN prospère sur la crise d’identité nationale qui frappe la France depuis 40 ans »
Entretien 16 juillet 2024 abonné·es

« Le RN prospère sur la crise d’identité nationale qui frappe la France depuis 40 ans »

La Ve République est tombée dans une impasse politique. Gilles Richard, historien des droites du XXe siècle, esquisse la possibilité d’un rapprochement entre les droites néolibérales et européistes au Parlement. Et redoute qu’Emmanuel Macron n’active l’article 16 de la Constitution.
Par Tristan Dereuddre
Contre la haine en cravate
Histoire 16 juillet 2024 abonné·es

Contre la haine en cravate

L’actualité française et internationale nous rappelle tout l’intérêt de l’enquête de l’historien Mark Bray sur l’antifascisme de 1945 jusqu’à nos jours, des deux côtés de l’Atlantique.
Par Olivier Doubre
Le pluralisme des médias, cible de l’extrême droite
Médias 11 juillet 2024

Le pluralisme des médias, cible de l’extrême droite

Spécialiste en sciences de la communication, François Jost montre le danger pour la démocratie de la concentration des médias entre des grands groupes privés. Et dénonce comment les médias Bolloré contournent leur obligation légale de pluralisme des opinions.
Par Olivier Doubre
Laissez les personnes non-blanches faire de la politique !
Chronique 11 juillet 2024

Laissez les personnes non-blanches faire de la politique !

Kaoutar Harchi souligne la place centrale des militants des quartiers populaires au sein de la gauche, dont certains ont pu accéder aux bancs de l’Assemblée nationale. Et qui laissent espérer pour ce pays un autre avenir que celui qui semblait, le 7 juillet, scellé.
Par Kaoutar Harchi