Débat en ligne ce soir sur les rythmes scolaires

La Fédération des conseils de parents d’élèves organise ce mercredi 9 octobre, à partir de 20h45, une vidéo conférence en ligne sur les rythmes scolaires.

Ingrid Merckx  • 9 octobre 2013
Partager :

C’est une première : le débat faisant rage sur les rythmes scolaires, la FCPE organise ce mercredi 9 octobre, à partir de 20h45, une vidéo conférence en ligne (MOOC) sur ce thème.

Parmi les invités : Paul Raoult, président national de la FCPE, Jean Crespin, maire de Gençay (Vienne), Patrice Bride, rédacteur en chef des Cahiers pédagogiques et Pierre-Alain Roiron, maire de Langeais (Indre-et-Loire), vice-président de l’Association des maires des petites villes de France (APVF).

Les échanges sont à suivre soit à l’adresse www.fcpe.asso.fr, soit par Twitter, en utilisant les #FCPE et #rythmesscolaires.

Le Snuipp-FSU Paris, premier syndicat des enseignants du premier degré, a d’ores et déjà appelé à suspendre la mise en place de la réforme dans la capitale et invite à un rassemblement le 14 octobre, à 17 h 30 à l’Hôtel de Ville.

La décision du Snuipp déclenche une polémique. « Il ne faut pas un moratoire, il faut des initiatives , objecte la FCPE à Paris. La réforme a besoin d’être améliorée, pas sabotée. »

Elle s’appuie sur les témoignages de 1 000 parents parisiens ayant répondu par Internet à un questionnaire sur la mise en place des rythmes scolaires. Leurs réponses sont nettement moins négatives que celles recueillies par le Snuipp. Le premier problème mis en avant par les parents est le défaut d’information :

*
« En maternelle, l’insatisfaction des parents est directement liée au manque d’information : parmi les 34 % de parents insatisfaits de l’organisation de la journée le mardi et le vendredi, 66 % d’entre eux déplorent manquer d’informations et de contacts avec les équipes éducatives. En élémentaire par contre, seulement 22 % de parents sont inquiets d’une absence d’information et 66 % connaissent les ateliers de leur enfant.»*

Mais l’insécurité engendrée serait moins grave pour la FCPE que pour le Snuipp :

« Si 10 % des parents relèvent de vrais dysfonctionnements (absence de coordination autour des sorties d’école, carence d’intervenants), ils sont 96 % à avoir constaté la disparition des situations d’insécurité pour leur enfant dès la deuxième semaine. »

Enfin, les ateliers périscolaires seraient plutôt appréciés :

« 69 % des parents de l’élémentaire témoignent que leur enfant a eu un ou plusieurs de ses choix satisfaits dans la procédure d’attribution des ateliers. Et ils sont 70 % à considérer que leur enfant est plutôt satisfait des moments qu’il passe le mardi et le vendredi. »

Selon la FCPE, les demandes des parents parisiens portent sur l’amélioration de l’information, la formation et la coordination des acteurs, et la reconnaissance de la spécificité de la maternelle.

La fédération donnera un bilan de sa mobilisation sur les rythmes scolaires demain, jeudi 10 octobre.

Lire le dossier de Politis : Rythmes scolaires, le grand bricolage.

Temps de lecture : 2 minutes
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don