Disparition : Décès du romancier Christian Gailly

Il écrivait des histoires graves qui avaient le poids d’une plume.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Mort d’une infection pulmonaire le 4 octobre à 70 ans, Christian Gailly écrivait des histoires graves qui avaient le poids d’une plume. De Dit-il à Dring, d’ Un soir au club aux Oubliés, ce sont quatorze romans et un recueil de nouvelles, la Roue, tous chez Minuit, qui swinguent entre drôlerie et mélancolie, entre sourire et désespoir. Gailly a eu la modestie de ne pas rendre rutilante la réelle beauté de son œuvre.


Haut de page

Voir aussi

Décote, départ à 64 ans, valeur du point… On vous dit tout sur la réforme des retraites

Éco/Social accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents