FN, la guerre des mots ne suffit pas

On ne vote plus pour le Front national parce qu’on est fasciste, mais parce qu’on se sent piégé, englué, dans un système qui tétanise notre démocratie.

Denis Sieffert  • 17 octobre 2013 abonné·es

C’est un sondage qui, la semaine dernière, a propulsé le Front national un peu plus encore à l’avant de notre scène médiatique. Ces 24 % promis au parti de Marine Le Pen pour les élections européennes de juin prochain, loin devant l’UMP et le PS, ont agi comme un électrochoc [^2]. Ajoutez-y la cantonale de Brignoles et le lancinant refrain des experts nous répétant que le FN s’est banalisé, assagi, voire humanisé, et vous aurez

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)

Une analyse au cordeau, et toujours pédagogique, des grandes questions internationales et politiques qui font l’actualité.

Temps de lecture : 5 minutes