Hôtel-Dieu : la messe n’est pas dite

Malgré la demande de moratoire de la ministre de la Santé et du conseil de Paris, l’Agence régionale de santé et la direction de l’hôpital rivalisent d’ingéniosité pour condamner les urgences.

Politis  • 31 octobre 2013
Partager :

Hier, le comité de soutien de l’Hôtel-Dieu se réunissait devant le ministère de la Santé à Paris. Objectif : sauver les urgences de cet hôpital. Malgré la demande de moratoire de la ministre de la Santé et du conseil de Paris, l’Agence régionale de santé et la direction de l’hôpital rivalisent d’ingéniosité pour les condamner : déménagement de lits en catimini, suppressions de postes, déroutage des pompiers vers d’autres établissements… « Comment peut-on accepter que des hauts fonctionnaires décident de la fermeture d’un service par tous les moyens ? », s’indigne le comité, qui rappelle que le service public de la santé appartient « à la nation ».

Société Santé
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don