Dossier : Le temps des démagogues

Les agités du dimanche

Bien loin de la défense des travailleurs, des collectifs qui n’en ont que le nom organisent avant tout un lobbying patronal et libéral.

«O n ne fait pas la manche, on veut le dimanche », lancent une poignée de salariés de Leroy Merlin et de Castorama. Ceux de Sephora, pas plus nombreux, sont dans la rue pour travailler la nuit… On se frotte les yeux ! Car aux cris de « yes week-end », et à grand renfort de tee-shirts et de « like » sur Facebook, il aura suffi de quelques jours d’agitation médiatique organisée par un Collectif des bricoleurs du dimanche pour que le gouvernement annonce une mission. La énième du genre : elle a en effet été…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Extinction Rebellion sonne la révolte en France

Écologie accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents