L’image par la parole (À flux détendu)

Avec État commun, conversation potentielle [1] , Eyal Sivan brise les frontières, autant sur le fond que dans la forme.

Ceci est un film d’anticipation. Ce qui n’est pas courant pour un documentaire, le plus souvent contraint de filmer le réel au présent, parfois pour ressusciter le passé, mais rarement pour figurer une utopie. C’est pourtant le cas d’ État commun, conversation potentielle [1] , d’Eyal Sivan. Le réalisateur de Route 181 a décidé de briser les frontières, autant sur le fond que dans la forme. Son projet : faire participer des intellectuels, au sens large (chercheurs, militants, journalistes, hommes…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents